La Havane (page 2)

De retour de notre excursion dans l'ouest à Soroa, Viñales et Pinar del Rio, nous repassons une journée à la Havane. Nos visites vont commencer par des aspects plus révolutionnaires ...

Tout d'abord, la Plaza de la Revolucion avec d'horribles monuments ... un style architectural typiquement communiste comme il doit en exister en Roumanie ou dans d'autres pays satellites. En premier le "Memorial Jose Marti", poète et homme politique nationaliste et révolutionnaire. Sa mort à la bataille de Dos Rios dans la guerre d'indépendance menée contre l'Espagne en fait le seul vrai héros unanime des Cubains. Son mémorial n'est pas à la hauteur du personnage.

Autre figure légendaire, mais plus récente, de la guerre d'indépendance : Ernesto Che Guevara. Son visage stylisé à partir de sa photo connue dans le monde entier figure en grand sur la facade du Ministerio del Interior, avec sa célèbre devise : "Hasta la victoria siempre". Les autres bâtiments officiels qui entourent la place sont du même tonneau comme le Ministère des Communications... inutile donc de gâcher de la pellicule (en 2000, on avait pas encore le numérique ...)

De la Place de la Révolution, nous repartons en ville par les quartier Vedado et Miramar, plutôt résidenciels. Le long des rues, des banians et des flamboyants provoquent des arrêts photo. Ensuite nous arrivons sur une autre image de marque de la Havane : le Malecon.

Le Malecon à Vedado

Monumento a las Victimas del Maine. Le 15 février 1898, le USS Maine qui est à l'ancre au port de la Havane pour protéger les ressortissants civils américains, est détruit par une explosion qui fait de nombreuses victimes. Sur la plaque commémorative, on peut lire cette inscription toute empreinte du lyrisme cubain :

"Aux victimes du Maine qui furent sacrifiées par la voracité de l'impérialisme dans son désir de prendre le contrôle de l'île de Cuba"

Et aussi le Grand "Hotel Nacional", et les célèbres facades multicolores du Malecon. Beaucoup ont engagé des travaux de rénovation qui se poursuivent de façon épisodiques, au gré des rentrées d'argent. Malheureusement, j'ai les reflets dans le pare-brise du car.

Nous étions en route pour visiter la Manufacture des tabacs. Nous entrons en ville par la "Avenida de los Estudiantes". La Calle Zulueta est toute proche de la manufacture.