17 mai 2006 ... Départ pour la Réunion
C'est la fin de notre périple malgache ...

A suivre : ça se passe à la Réunion

Il a plu une partie de la nuit et face à nous, un magnifique arc-en-ciel met un peu de couleur au milieu de toute cette grisaille et surtout semble pointer ce pays où il faudra bien qu'on revienne un jour.

On est tous partagés entre deux sentiments contradisctoires.

On est encore un peu triste de quitter Madagascar. Certains pensent que c'est définitif à cause de nos âges et de nos formes physiques qui baissent (mais faut pas exagérer quand même) ; moi je pense que je reviendrai encore au moins une fois, il y a tant et tant d'endroits que nous n'avons pas vus.

D'un autre côté, nous allons retrouver JP. Moi je ne l'ai pas vu depuis 1968 et je suis excité comme une puce. Je vais aussi revoir un ancien copain de classe Jacques Giraud que je n'ai plus revu depuis 1963.

Mais voilà que le soleil refait son apparition. C'est rassurant parce que le saut de puce de Ste-Marie à Tamatave se fait dans un petit coucou bi-moteurs d'une vingtaine de place et autant ne pas être trop secoué dans cet engin.

A 7h, on quitte le Bora et qui est-ce qu'on retrouve à l'aéroport ? C'est Rocky. Piroguier officiel dans la journée, le matin il est responsable de l'équipe de porteurs. Après ça, on viendra vous dire que les malgaches sont feignants ! En tout cas, lui c'est un bosseur !

Air Madagascar est fidèle à son habitude et à 8h 01, pile poil, on décolle et 25mn plus tard, on se pose à Tamatave. Au passage, on a survolé Foulpointe et son lagon. Mal vu depuis la route, je reviens sur mon jugement : c'est toujours le petit St-Trop de Tamatave (et peut-être de Tana aussi) à en juger par toutes ces maisons avec piscine.

On se repaye l'enregistrement des bagages et la douane. Ouverture des valises, bousculade à la pesée. La police demande si certains ont encore des ariary sur eux et quelques imprudents du groupe se les font réquisitionner ... un véritable racket et il faut bien s'en souvenir : dépensez tout, quitte à acheter la moindre connerie ou donnez de généreux pourboires pour les derniers services reçus, mais évitez d'avoir encore de l'argent à l'aéroport !

9h15, on embarque dans un ATR-72 flambant neuf. Comme à l'accoutumée, le service à bord est impeccable et on a même droit à un petit repas à bord. Il n'est que 10h, 11h à la Réunion.

Notre dernière vision de Madagascr sera le port de Tamatave, une magnifique photo de Claude.

Prennons des paris : combien de temps avant que CLaude et Lili ne veuillent revenir à Madagascar ?

 

La suite, ça se passe à la Réunion

 

Défilement automatique.

.